Introduction
Conclusion

Chapitre 5 – Créer un programme de travail

Maintenant que vous avez conscience de votre « boîte à outils », que vous savez comment vous lancer des défis en respectant votre zone de confort, que vous pouvez diversifier vos séances et identifier les causes de blocages fréquents… voulez-vous voir plus loin ?

Sans se mettre de pression inutile et sans en être totalement dépendant, il peut être intéressant de se créer des programmes de travail régulièrement. Pourquoi ?

  • Parce que vous avez des objectifs précis que vous rêvez d’atteindre,
  • Parce que vous voulez vous assurer de suivre une progression technique régulière,
  • Parce que vous voulez introduire de nouvelles méthodes d’apprentissage dans vos séances.

En vous basant sur les notions apportées par le Module 2, lancez-vous le défi de mettre en place des programmes d’évolution équestre qui vous donneront le cadre et l’enthousiasme nécessaires à votre réussite.

 

1. Lister ses compétences et connaissances

Avant de vous lancer des objectifs précis, il faut savoir d’où vous partez. On ne peut pas se lancer dans la mise en place d’une progression sans avoir des fondations claires et définies. A ce sujet, les chapitres précédents vous ont donné des outils précieux : utilisez-les ! Zone de confort, bases de travail au sol, éthologie, fonctionnement des apprentissages, gestion des émotions… En fonction de vos objectifs, listez et décrivez le plus précisément possible tout ce que vous connaissez et qui pourrait vous servir.

Dans l’idéal, prenez le temps d’écrire vos compétences. Il est important que vous en preniez réellement conscience pour ne pas minimiser vos acquis et pour pouvoir vous appuyer avec efficacité sur ce que vous savez maîtriser. Sous forme de listes, de post-it, de longues phrases ou de notes sur un carnet, marquez, annotez, organisez tout ce qui vous vient à l’esprit !

 

2. Visualiser et rédiger ses objectifs

Vous avez le droit de créer et d’ajouter autant d’objectifs que vous le désirez à votre programme de travail. Ceux-ci peuvent être plus ou moins précis, demander de longues semaines de travail ou à peine quelques heures de répétition. Ne vous censurez pas : vous n’avez pas besoin de partager vos objectifs ou votre programme avec qui que ce soit ! L’important c’est qu’ils vous parlent, vous fassent vibrer et vous amènent à progresser.

 

Rappelez-vous : vos objectifs doivent être S.M.A.R.T (spécifiques / mesurables / ambitieux / réalistes / temporellement définis – se référer au chapitre 3, Module 2).

Une fois vos objectifs clairement définis dans votre esprit et sur le papier, essayez de lister tous les obstacles potentiels, toutes les contraintes que vous pourriez rencontrer sur le chemin de votre progression. Croyances limitantes, lacunes techniques, organisation à mettre en place, matériel à acheter… Pointez tout, absolument tout ce qui pourrait entraver votre avancée ! Attention : l’objectif n’est surtout pas de vous angoisser en vous concentrant sur tout ce qui vous ralentit ! Il s’agit simplement de vous préparer au mieux, de visualiser votre avancée avec sérénité sans vous laisser surprendre par les difficultés évitables.

Avec un peu de travail et de rigueur, beaucoup de patience et de bienveillance (envers vous et envers votre cheval), absolument tous vos rêves équestres sont réalisables…

3. Planifier, rectifier, adapter… s’amuser !

Lorsque vous avez pris conscience de ce que vous maîtrisez et de ce que vous désirez, vous pouvez vous lancer dans la mise en place de votre programme de travail à proprement parler. Listez les étapes nécessaires à la réalisation de chaque objectif, évaluez le temps que vous pensez consacrer à chacune de ces étapes (y compris à la résolution des contraintes/obstacles que vous pourriez rencontrer) et lancez-vous !

Quelques conseils supplémentaires :

  • Soyez raisonnable : n’établissez pas votre programme en vous basant sur 4 séances hebdomadaires si vous savez que vous ne pouvez aller aux écuries que le dimanche.
  • Soyez honnête : fixez-vous des objectifs qui vous motivent et vous intéressent, et non pas des buts que vous pensez devoir atteindre.
  • Soyez flexible : il est possible que certains objectifs soient plus faciles que prévu à atteindre ou que vos envies changent. L’important est de se faire plaisir alors lâchez prise… et adaptez votre programme !
  • Soyez positif.ve : récompensez-vous pour chaque étape réussie ! Respectez vos envies et vos succès comme vous le faites avec votre cheval.

En appliquant ces recommandations, vous aurez l’esprit clair et les mains libres pour poursuivre vos rêves équestres de manière respectueuse et réaliste avec votre ami cheval !

 

Exemple de programme de travail

Objectif équestre :   Etablir une complicité avec mon cheval

Contraintes :          Ma crainte de ses réactions de peur

                                    La carrière du club utilisée pour des cours collectifs 5 jours/semaine

                                    Acheter une longe de 7 mètres

                                    Faire vérifier mon matériel pour un ergonome/saddle-fitter

Objectifs à atteindre et étapes intermédiaires :      

  • L’aborder au pré en lui donnant envie de me rejoindre (date : dans les trois mois)
    • Améliorer mon approche
    • Être plus à l’écoute de ses signaux d’inconfort
      • Pendant 2 semaines, aller 2x/semaine le voir sans le sortir du pré

 

  • Avoir un cheval enthousiaste et heureux en carrière (date : d’ici la fin de l’année scolaire)
    • Raccourcir la durée de mes séances pendant 3 semaines (max 15min)M’initier au renforcement positif
    • Reprendre les bases et affiner mes aides
    • Diversifier mes séances (changer l’environnement, la distance, ajouter du matériel)

 

  • Evoluer au sol et en liberté aux trois allures sans contraintes (date : d’ici la fin de l’année scolaire)
    • Installer un rond de longe temporaire dans la carrière pour pouvoir lâcher mon cheval (doit être facilement démontable en quelques minutes)
    • Introduire quelques minutes de liberté au pas à chaque fin de séance pendant 2 semaines
    • Consacrer 1 séance complète au travail en liberté chaque semaine dès le mois de janvier

 

  • Monter sans mors aux trois allures (date : dans les 18 mois)
    • Ajouter quelques minutes rênes longues à chaque séance pendant 2 semaines
    • Prendre des cours privés (4 à 10 séances max) avec un enseignant qualifié pour m’initier au travail monté sans mors
    • Découvrir le travail en cordelette à partir d’avril

Bien sûr, votre programme peut être bien plus précis et défini que cet exemple : tout dépend de vos envies, de vos contraintes, de votre niveau, de votre personnalité et de vos besoins !

 

EXERCICE – MODULE 6 – CHAPITRE 5

Si vous le désirez, établissez un programme de travail pour les semaines ou les mois à venir et partagez-le sur le forum pour demander l’avis des autres participant.e.s et de votre formatrice !